• Accueil
  • Le Togo et la Transition Énergétique

Le Togo et la Transition Énergétique

Le Togo et la Transition Énergétique

Le Togo et la Transition Énergétique Ministère des Mines et de l'Energie

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

De façon quotidienne, nous utilisons de l’énergie sous ses diverses formes, que ce soit pour nos fonctions biologiques que pour nos activités. Ces formes d’énergie nous proviennent pour la majorité des ressources tarissables et avec un fort impact sur l’environnement. Les estimations des Nations Unies portent la population mondiale à 9,7 milliards d’individu d’ici 2050 donc une plus grande sollicitation en matière de production d’énergie en 2050. Au Togo par exemple, la consommation finale en énergie pourrait être multipliée par 3 d’ici 2030 soit un passage de 1 118,380 GWh en 2013 à 3 162,868 GWh en 2030 (rapport du ministère des mines et de l’énergie, 2015). D’où la notion de transformation énergétique pour attirer l’attention sur la gravité de la situation (GIEC, 2018). 

En effet, l’une des propriétés de l’énergie réside en sa facilité de passage d’une forme en une autre. Cette propriété de transformation représente un outil d’optimisation de l’utilisation des sources primaires d’énergie pour la satisfaction de nos divers besoins sans pour autant impacter sur la disponibilité de cette ressource. Ainsi, comme réponse à la sollicitation croissante d’énergie, les transformations énergétiques nous amènent en premier lieu à penser à la disponibilité et l’utilisation des sources renouvelables de l’énergie afin de garantir une planète plus vivable. On peut citer ici l’exemple de l’éolienne, le solaire ou encore la biomasse qui sont des formes d’énergie très promues de nos jours mais dont l’accessibilité au citoyen lambda (surtout dans les pays en développement) reste un challenge. Pour réussir sa transition énergétique, le Togo a lancé plusieurs projets dont celui portant sur la construction d’une centrale photovoltaïque dotée d’une capacité de 50 MW.